ICCROM

Changement climatique : le rôle du patrimoine

Considérations de la 29ème Assemblée générale de l’ICCROM

 

Climate Change banner displayed at 29th General Assembly

Les nations du monde entier se sont réunies à Paris pour débattre des moyens de faire face au changement climatique et à son impact, et de la manière d’engager des stratégies communes et d’agir ensemble. Ce défi exige à la fois une vision et une coopération globales, et tous les secteurs ont un rôle à jouer en la matière. Ainsi, le patrimoine peut apporter une contribution importante en tant que vecteur de sociétés durables et du développement humain. C’est pourquoi l’ICCROM urge le secteur du patrimoine culturel au sein de ses États membres de s’impliquer activement dans cet effort collectif.

Dans le cadre de la 29ème Assemblée générale de l’ICCROM, la discussion thématique organisée sur le thème « Changement climatique, catastrophes naturelles, et patrimoine culturel : la culture n’attend pas ! » a mis en avant la nécessité d’inscrire le patrimoine culturel à l’ordre du jour mondial pour la réduction du risque, en tant que ressource fondamentale pour bâtir des communautés résilientes. Jerry Velasquez, Orateur principal venu du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNISDR), a rendu compte des progrès réalisés dans ce but grâce au Cadre de Sendai. Toutefois, alors que les menaces liées aux phénomènes météorologiques extrêmes ne cessent de croître, l’un des principaux problèmes reste le manque de données permettant d’évaluer l’étendue et la valeur des pertes souffertes par le patrimoine.

L’intervention d’autres conférenciers invités a également montré comment le fait de travailler main dans la main avec les communautés et les initiatives locales permet de sensibiliser les générations les plus jeunes. Ainsi, aux Philippines, le changement climatique et la réduction des risques de catastrophe sont inscrits aux programmes scolaires dès le secondaire.

Le panel a en outre mis en évidence la nécessité de prendre des mesures concertées pour sauvegarder le patrimoine culturel et naturel dans les pays les plus exposés aux catastrophes, comme l’Inde ou le Japon. D’autres exemples d’efforts réalisés en vue de réduire le bilan carbone des institutions culturelles et l’utilisation de bâtiments historiques au sein des stratégies d’adaptation au changement climatique montrent également le potentiel de notre secteur à participer au changement positif.

Dans le cadre de leurs présentations, les intervenants ont fait référence à plusieurs ressources en ligne. Nous vous invitons à les consulter, dans l’espoir qu’elles vous inspirent et vous amènent à agir et à vous unir aux efforts déployés à l’échelle mondiale.

Liste des ressources

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *